PAGE EN CONSTRUCTION - Une histoire qui a commencé en 1878 !!!

Quand on aime la vie,
on aime le passé
parce que c'est le présent
tel qu'il a survécu dans la mémoire humaine.

Marguerite YOURCENAR

Histoire du club « La Renaissance » de Marcq en Baroeul

 

Par Dominique LESCORNEZ

 

 

Avertissement :

L’histoire de « La Renaissance de Marcq en Baroeul » est tellement riche, tellement variée et diversifiée que ne sont retracés ici que les aspects déterminants de son passé.

Un document plus précis est en cours de réalisation. Il reprendra toutes les archives, les anecdotes et l’ensemble des palmarès connus à ce jour.
 

 1ère période: La création et la première présidence:
 

CHRONOLOGIE

 

1870

 

Napoléon III et Guillaume 1er à l’origine de la création de « La Renaissance »

 

Saviez-vous que Napoléon III et Guillaume 1er sont à l’origine de la création de la société « La Renaissance » ?

Pas de façon directe bien sûr, mais en raison du conflit Franco-Prussiens de 1870 et de la défaite Française, mal préparée pour cette guerre.

 Une prise de conscience et une envie de revanche naît dans l’esprit des citoyens Français.

 

1878

(César Moreau 1878 à 1895 président pendant 17 ans)

Ainsi, à Marcq en Baroeul, un jeune lieutenant de la « Garde Nationale » du nom de « César MOREAU » veut tirer les leçons de la défaite. « Il faut préparer les jeunes gens aux exercices du corps et au tir si on ne veut pas voir se reproduire cette triste expérience ».

Sous son impulsion, « La Renaissance » voit le jour en 1878 et fait de la société (selon nos renseignements) le premier organisme sportif Marcquois à avoir été créé.

On ne parlait pas encore d’association, la loi fût instaurée en 1901 et encore moins de club comme on peut le dire de nos jours. Leurs légitimités dépendaient du ministère de la guerre auquel il fallait demander l’agrément, ces sociétés étaient considérées comme des organismes de préparation militaire.

1887

En 1887 « La Renaissance » possède 5 fusils de tir et 15 fusils de manœuvre et 35 membres prennent part aux exercices.

 

1893

En 1893, tous les dimanche matin, un préposé à la douane de Marcq-en-Baroeul ancien sergent du 65ème régiment d’infanterie, donne des cours d’instruction militaire.

Pour ses débuts, « La Renaissance » s’occupe de préparation militaire, d’athlétisme, de gymnastique et de tir.

Aussi, n’est-on pas surpris de voir inscrit en toutes lettres dans les premiers statuts déposés en 1903 (modifiés en 1925) :

Société de gymnastique et d’armes.

Société de gymnastique de sports athlétiques et d’instruction militaire.

Patrie courage moralité.

Devise : bien faire et laisser dire.

La société a été formée dans le but de former des jeunes gens sains, alertes et vigoureux et en faire de bons citoyens.

Ces statuts furent de nouveau modifiés en 1945, en 1973, en 1988, et en 2010 à l’arrivée du nouveau président Monsieur Eric GILLET qui vient de les actualiser.

Dés l’origine de la création, « la Renaissance » adhère sous le numéro 586 à l’Union Française des Sociétés de Gymnastique (créée par Eugène Paz en 1873), qui deviendra en 1942 la Fédération Française de Gymnastique.

Les adhésions se font de plus en plus nombreuses et les sportifs préparés par Louis DELANNOY participeront en 1881 au Havre au premier concours de « La Renaissance », puis à tous les grands concours Nationaux et Internationaux Saint Pierre en 1882, Paris en 1883, Lille en 1895.

En 1895, alors que Monsieur César Moreau décède, « La Renaissance » emporte un prix de section, le premier prix d’ensembles mains libres, le 7ème prix de course en section et le 2ème prix individuel.

1896-1903 (juillet 1901 instauration de la loi sur le droit associatif)

(Antoine SCRIVE président pendant 7 ans)

En 1896 c’est Monsieur Antoine SCRIVE qui prendra la présidence jusqu’en 1903.

La série de succès continue, notamment aux concours de Roubaix en 1898 et aux fêtes fédérales de Tournai en 1903.

Cette fin de 19ème siècle début du 20ème, sera l’âge d’or de la création des sociétés de gymnastique dans le monde, en France et particulièrement dans le département du Nord.

L’essor est tel qu’il en fait un mouvement social et politique sur lequel il faut compter.
 

1904-1914

(Henri VANDERBOWEDE président pendant 10 ans)

Monsieur Henri VANDERBOWEDE devient son président de 1904 à 1914.

Sous la conduite d’Alphonse VANDERBOWEDE, la société participe au concours National de Lens en 1911.

La déclaration de la guerre en 1914 vient interrompre complètement l’activité de « La Renaissance ». Il faut attendre l’armistice de 1918 pour voir la société prendre un nouvel essor

1918-1922

(Rémi SMALL président pendant 4 ans)

En 1918 c’est Monsieur Rémy SMALL qui assurera la nouvelle présidence et ce jusqu’en 1922.

Sous la direction du moniteur chef TAILLEU, des places d’honneur sont obtenues aux concours de Seraing en 1920, aux fêtes fédérales de Lille en 1921, à Arras en 1922.

1922-1932

(Gustave DEMUYNCK président pendant 10 ans)

Un nouveau président pour « La Renaissance » Gustave DEMUYNCK.

 Le moniteur chef est reconduit dans ses fonctions jusqu’à l’arrivée de Monsieur René Liétaert en 1927.

« La Renaissance » doit à Monsieur Tailleu les bonnes prestations des concours de Rouen en 1923, Bruxelles en 1925, Liège en 1926.

Jusqu’alors la société s’occupe essentiellement de gymnastique, d’athlétisme, et de préparation militaire. Il lui manquait ce plus qui permet de marcher au pas sous le rythme appuyé des cuivres et des tambours.

C’est en 1925 que « La Renaissance » s’adjoint les services d’une clique fanfare. Elle fût placée sous la direction de Paul DUBAR.

Après avoir conduit pendant neuf ans les gymnastes, Monsieur TAILLEU appellera à sa succession René LIETAERT.
 Sous ses ordres, l’association participera aux fêtes fédérales de Tourcoing en 1927, Calais en 1928, Orléans en 1929, Alger en 1930, Luxembourg en 1932 où « La Renaissance » se classe 1ère société et 1ère au concours des pyramides.
 
 
 
 
1932-1937
(Paul HANTSON président pendant 5 ans)
Monsieur Paul HANTSON devient président pour cinq ans.
A son arrivée à la tête de la société, monsieur Hantson pouvait se flatter du titre de meilleure société Française obtenue lors du concours de Luxembourg, mais aussi de gagner pour la cinquième fois le championnat international d’athlétisme.
En 1934, la section gymnique se classe seconde à la fête fédérale de Dijon et seconde à Compiègne en 1935.
Les musiciens décident eux aussi de participer aux compétitions et remportent la coupe GYSEMANS à Lomme le 31 juillet 1932, en 1933 la clique se distinguera à Tourcoing au concours de la fédération du Nord et du Pas de Calais en remportant le concours d’honneur, le concours d’exécution et se classe seconde du concours de batterie et d’ordonnance.

1937-1947
(Lucien VANDEWOESTYNE président pendant 10 ans)
Présidence de Lucien VANDEWOESTYNE
A sa prise de fonction, Lucien VANDEWOESTYNE, adhérent en qualité de gymnaste depuis 1919, ne se doutait pas qu’il aurait à gérer une grave crise due au conflit de 1940-1945.
En 1937, tandis que les gymnastes se classent second au concours de Paris, la clique est première (catégorie B) à Lens.
1938-1939, les archives se taisent, plus de résultats, plus d’activités sportives ? Le monde s’inquiète des agissements de l’Allemagne nazie.
Les 26 et 29 mai 1940, Marcq en Baroeul subit les bombardements Allemands et le 1er juin l’envahisseur arrive en ville.
En ces temps troublés « La Renaissance » pleurera les noms de quatre des siens Georges STORY, Victor OBIN, DESMET et René LIETAERT (notre gymnase de la rue de l’Eglise Porte aujourd’hui son nom).
Le contexte ne favorisera pas la poursuite des entraînements. Cependant, afin d’éviter le démembrement complet de la société, les dirigeants non mobilisés décident de poursuivre le travail au sein des sections pupilles. Sur l’initiative de Monsieur VICTOR DERAEVE, moniteur général, une section féminine est formée ; elle progresse rapidement malgré tous les inconvénients de l’état de guerre.
Petit à petit les prisonniers et les déportés reviennent, pendant ce temps, les gymnastes sous la direction de Victor DERAEVE, se retrempent dans l’atmosphère des concours régionaux avec des chances diverses. Il faut tout reconstruire. La clique est la première à reprendre ses activités en participant au festival de Croix.
En 1946, les gymnastes se présenteront au championnat de France à Asnières ou la « Renaissance » se classera dixième des sociétés Françaises, mais première du Nord. Elle décroche sa première récompense d’après guerre, une médaille d’or.
En 1947, les dirigeants sont bien décidés à faire de la « Renaissance » la grande société d’avant guerre. Pour cela, l’équipe se restructure.
 à suivre........
 

LA RENAISSANCE

GYMNASTIQUE

MARCQ-EN-BAROEUL

Haut de page

© Copyright 2019

La Renaissance Gymnastique

Mentions légales

Contactez-nous

Adresse

Tél. : 03 20 74 22 93

Mail : larenaissance72@hotmail.com

Gymnase René LIETAERT

1, rue de l’Eglise, 59700 Marcq en Baroeul.